Accueil > Commentaires de lecture > Essai > UNE CAPTIVE HEUREUSE CHEZ LES IROQUOIS

John Demos

UNE CAPTIVE HEUREUSE CHEZ LES IROQUOIS

HISTOIRE D’UNE FAMILLE DE NOUVELLE-ANGLETERRE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE

Trad. de l’américain par Berthe Fouchier-Axelsen
Presses de l’Université Laval, Québec, 2019
414 pages
16,95 $

Plutôt que de souscrire à l’« histoire sociale », l’historien américain John Demos a opté pour l’« histoire narrative » afin de raconter la captivité, chez les Iroquois mohawks de Kahnawake, d’Eunice Williams, fille du puritain John Williams, éminent pasteur de Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIesiècle.

Le 29 février 1704, sous la conduite du jeune lieutenant Jean-Baptiste Hertel de Rouville, une cinquantaine de Français et un groupe composite formé d’Abénaquis de Saint-François, de Hurons de Lorette et de Mohawks de Kahnawake attaquent le village de Deerfield, au Massachusetts. Les Indiens – « erreur » d’appellation retenue par l’historien, « bien qu’avec réticence » – massacrent alors les habitants, suppriment les animaux, pillent et brûlent les maisons, et font quantité de prisonniers. Parmi ceux-ci, on compte John Williams, sa femme et cinq de leurs enfants ; deux autres, âgés de six ans et de six semaines, sont abattus sur place. Durant la longue et contraignante marche . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 juin 2019 à 1 h 00 | Mis à jour le 21 juin 2019 à 13 h 40