Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > UN VISAGE À LA BOTTICELLI

Numéro 84

William Dempsey Valgardson

UN VISAGE À LA BOTTICELLI

Trad. de l'anglais par Jean Chapdelaine Gagnon
Les Herbes rouges, Montréal, 2001
271 pages
24,95 $

Écrivain et professeur, Bob s’arrête tous les jours un moment au Café Green où la gentillesse de Sharon lui apparaît comme un phare dans la détresse de sa vie. Un jour, après avoir pourtant accepté son invitation au théâtre, la charmante serveuse au visage à la Botticelli disparaît. Déconcerté, inquiet, Bob se lance sur ses traces. Au cours de sa recherche, il croisera des personnages tous plus paumés les uns que les autres, du conseiller matrimonial à la maîtresse du joueur de bouzouki en passant par l’anorexique romantique, le fan de Maurice Richard et l’ancien détective nonagénaire. Mais au bout de cette quête, ce n’est peut-être pas Sharon que Bob aura retrouvée

Le ton, les personnages, les situations ; tout surprend chez William Dempsey Valgardson dès les premières pages. À petites touches, il nous entraîne dans un tourbillon de rencontres inusitées, de méditations mi-amères mi-ironiques tout en semant des indices qui dévoilent peu à peu les conséquences de la disparition de Sharon et les effets de cette quête désespérée dans la vie de Bob. Une plongée tout en finesse au cœur de l’âme humaine et des monstres qu’elle cache dans le placard.

Prolifique, l’écrivain et dramaturge canadien W.D. Valgardson est l’auteur de treize livres et d’autant de pièces de théâtre. Depuis quelques années, il se consacre à la littérature jeunesse. Son dernier roman pour jeunes adultes, Frances, a d’ailleurs recueilli les éloges de la critique canadienne anglaise. Comme son personnage, W.D. Valgardson est également professeur et directeur du programme d’écriture à l’Université de Victoria en Colombie-Britannique.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 20 décembre 2014 à 17 h 43