Emmanuel Carrère

UN ROMAN RUSSE

P.O.L, Paris, 2007
356 pages
29,95 $

Récit autobiographique sous forme de chroniques, Un roman russe révèle un personnage-auteur en proie à des obsessions récurrentes : découvrir la vérité sur son grand-père géorgien disparu tragiquement, apprendre le russe, vaincre la jalousie, échapper à la folie en l'exorcisant mais comment ?

Le déclencheur : on propose à Emmanuel Carrère de réaliser un reportage sur un Hongrois fait prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale puis interné pendant plus de 50 ans dans un hôpital psychiatrique à Kotelnitch, bled paumé de la Russie profonde. Il n'en fallait pas moins pour que Carrère, qui accepte de faire le reportage, se mette à remuer un passé obsédant que l'on tait depuis toujours, à savoir la faute du grand-père maternel enlevé après la Libération alors qu'on l'accusait d'avoir collaboré avec les Allemands.

Un roman russe va de Paris à Kotelnitch et comporte plusieurs courts récits qui auraient pu . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2007 à 13 h 13 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 14 h 19