Accueil > Commentaires de lecture > Essai > UN MONDE SANS GOUVERNAIL

Numéro 102

Sylvie Paquerot

UN MONDE SANS GOUVERNAIL

ENJEUX DE L'EAU DOUCE

Athéna, Outremont, 2005
168 pages
14,95 $

C’est en association avec la Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie que Sylvie Paquerot nous présente Un monde sans gouvernail, Enjeux de l’eau douce, essai solide et bien documenté sur les différents problèmes environnementaux et sociaux qui se posent ou se poseront à l’homme quant à la gestion de cette ressource vitale.

Les questions écologiques et géopolitiques sont toujours ardues à traiter à cause de la multiplicité des éléments qu’elles mettent en jeu. Il est très facile d’y perdre le lecteur et plusieurs auteurs, voulant ratisser trop large, en viennent à ne plus rien ratisser du tout Sylvie Paquerot, toutefois, n’est pas tombée dans le piège. Méthodique, elle suit une progression logique de l’information, ne référant à rien qui n’ait été clairement défini au préalable. Le tout est clair, ordonné.

Le premier chapitre du livre est entièrement consacré au cycle hydrologique. À travers l’étude de ses composantes et de leur influence sur l’écosystème, l’auteure fait ressortir l’interdépendance des éléments du cycle de l’eau, qui est à l’origine de la complexité du problème. Elle aborde ensuite les différents types de perturbations envisageables et expose leurs effets à long et court termes sur les écosystèmes. Tout en dénonçant le gaspillage des riches, la surconsommation des Occidentaux et l’aberration des techniques actuelles d’agriculture, Sylvie Paquerot explore également les différentes « solutions » de rechange pour tenter d’en vérifier la validité.

La deuxième partie de l’essai traite des conséquences humaines et politiques qui découlent des problèmes environnementaux présentés dans le premier chapitre. Le quart de la population mondiale n’a pas accès à de l’eau potable de qualité en quantité suffisante : pourquoi ? Et surtout, comment régler la situation ? Appuyée par une multitude d’études et de statistiques, l’auteure fait alors le procès des méthodes de gestion actuelles qui tendent davantage vers la recherche de profits que vers une distribution équitable et judicieuse de l’eau.

D’une actualité accablante, Un monde sans gouvernail réussit à communiquer une bonne vue d’ensemble des enjeux de l’eau douce, sans pour autant tomber dans l’alarmisme ou la contestation gratuite. Bien construit, cimenté, l’essai de Sylvie Paquerot est à recommander à tout citoyen désireux de savoir ce qui se passe sur sa planète. Un incontournable.

Publié le 2 mars 2006 à 15 h 06 | Mis à jour le 2 mars 2006 à 15 h 06