Accueil > Commentaires de lecture > Essai > TRACER LES MARGES DE LA CITÉ

Martin Pâquet

TRACER LES MARGES DE LA CITÉ

ÉTRANGER, IMMIGRANT ET ÉTAT AU QUÉBEC, 1627-1981

Boréal, Montréal, 2005
317 pages
25,95 $

Dans une langue où rivalisent rigueur et élégance, Martin Pâquet raconte trois cent cinquante ans d'histoire. D'entrée de jeu, la visière est levée. Il entend « préciser les contours de l'objet étudié - la formation de la pensée d'État -, le terrain d'enquête privilégié - l'histoire de la culture politique au Québec entre 1627 et 1981 -, ainsi que la méthodologie de l'enquête - celle de l'anthropologie historique ». L'auteur tiendra parole.

Au début, monarchie oblige, l'allégeance définit l'individu. Dépend-il de tel roi qu'il en devient le sujet. Sont du coup rejetés ceux dont l'allégeance va à un autre. Heureusement (?), la guerre peut modifier le cours des choses : « [...] la capitulation transforme instantanément la nature des individus ». Tel est le sens des serments exigés : ils légitiment les changements d'allégeance et remodèlent la Cité. L'étape suivante changera le tamis . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 8 octobre 2007 à 9 h 35 | Mis à jour le 2 juillet 2015 à 10 h 05