Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > TOUT L’HONNEUR DES HOMMES

Alexandra Lapierre

TOUT L’HONNEUR DES HOMMES

Plon, Paris, 2008
487 pages
39,95 $

Le drame de la Tchétchénie ne date pas d’aujourd’hui. Il n’est pas l’apanage du président ou premier ministre Poutine qui, à peine arrivé au pouvoir, fait raser Grozny et chasser le président élu Maskhadov, assassiné par la suite dans des circonstances obscures. La superbe biographie romancée d’Alexandra Lapierre Tout l’honneur des hommes aide à mieux comprendre les conflits très actuels de cette région méconnue.

Au XIXe siècle déjà, la relation de Nicolas 1er avec le Caucase est au pire, perpétuant les combats sanglants entre les troupes musulmanes et les puissantes armées du tsar, commencés sous Alexandre 1er au XVIIIe siècle. L’intérêt de la Russie pour les richesses et la position stratégique des contrées situées entre les mers Noire et Caspienne est décisif dans sa politique de domination.

À l’époque des héros de ce roman historique, Djemmal-Eddin (1831-1858) et son père Shamil (1796-1871), le Caucase se compose de la Tchétchénie, de la Géorgie et du Daghestan. L’imam Shamil est un Avar de Khounzak, féroce et fanatique guerrier qui défend avec ardeur son pays et l’Islam contre l’envahisseur et négociera la paix avec les Russes en 1866. L’histoire enseigne que cette trêve sera courte et que les massacres dans le Caucase recommenceront peu après.

Le magnifique talent de conteuse et de chercheuse de l’auteure illustre avec intelligence le destin troublant de l’enfant Djemmal-Eddin, otage des Russes, qui vit en alternance entre le monde rude des Montagnards et la cour des tsars de Saint-Pétersbourg. Alexandra Lapierre a peaufiné pendant trois ans l’histoire véridique de cet homme d’honneur, gardé seize ans captif chez les ennemis de son peuple. Déchiré entre deux cultures, Djemmal-Eddin s’attache sincèrement ‘ semble-t-il ‘ à Nicolas 1er, père spirituel semblable au sien. Comment et qui choisir ? Et pourquoi ?

La riche iconographie augmente notre intérêt à suivre la tragédie qui avait déjà touché Dumas et Tolstoï. Il y a dans l’écriture de Tout l’honneur des hommes un réalisme visuel qui provient peut-être des études en cinéma de l’écrivaine, fille du célèbre Dominique Lapierre.

Publié le 25 juin 2009 à 23 h 16 | Mis à jour le 18 janvier 2015 à 15 h 48