Accueil > Commentaires de lecture > Essai > TOOTS FAIT LA SHIVA, AVENUE MINTO

Numéro 163

Erín Moure

TOOTS FAIT LA SHIVA, AVENUE MINTO

Trad. de l’anglais par Colette St-Hilaire avec la collaboration de Laurence Jourde
Le Noroît, Montréal, 2020
152 pages
25 $

Tout simplement magnifique. Touchant. Simple et touchant.

Ce livre retrace une partie de la vie de Paul Émile Savard. Qui était ce Paul Savard ? Personne en particulier. Vous, moi, notre voisin, un camarade oublié dont le hasard se charge tout à coup de nous rappeler qu’il a traversé notre existence. Un temps, ce Paul Savard-là était l’homme dans la vie d’Erín Moure ; tous deux travaillaient chez VIA Rail. Savard et elle se sont laissés, Moure l’a perdu de vue avant d’apprendre son décès, quelques années plus tard, des années difficiles où Savard, luttant contre son alcoolisme, a sombré avant de reprendre tant bien que mal le dessus. Moure entreprend alors de rassembler, en sept jours (c’est le principe de la Shiva), tout ce qu’elle peut sur l’amoureux qu’elle surnomme encore affectueusement « le petit homme », sur sa famille, son travail, ses préférences et ses allées et venues entre Vancouver et Montréal : « Je . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 16 juillet 2021 à 6 h 00 | Mis à jour le 16 juillet 2021 à 10 h 26