Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > SOUVENIRS DE LA MARÉE BASSE

Chantal Thomas

SOUVENIRS DE LA MARÉE BASSE

Seuil, Paris, 2017
212 pages
29,95 $

« […]j’ai envie d’être déjà rentrée, déjà prise par une musique d’écriture, continuant de contempler le rideau de pluie et, à travers lui, bien au-delà, ma mère en train de nager, seule, inaccessible… »

Romancière, essayiste, Chantal Thomas a d’abord poursuivi une carrière universitaire avant que son roman Les adieux à la reine ne la révèle au grand public en 2002, année où elle s’est vu attribuer le prix Femina, dont elle est aujourd’hui membre du jury. Spécialiste du XVIIIesiècle français, notamment par ses ouvrages consacrés à Sade, à Casanova et à Marie-Antoinette, Chantal Thomas n’en poursuit pas moins une œuvre éminemment personnelle, voire intime, ce dont témoigne Souvenirs de la marée basse.

Le récit – dénomination qui me semble dans le cas présent plus appropriée que celle de roman apparaissant en page couverture, non seulement parce que . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 11 octobre 2018 à 6 h 46 | Mis à jour le 11 octobre 2018 à 7 h 28