Accueil > Commentaires de lecture > Essai > SI PRÈS, SI LOIN, LES OIES BLANCHES

Numéro 162

Gérald Baril

SI PRÈS, SI LOIN, LES OIES BLANCHES

RÉCIT D’UNE MIGRATION INTÉRIEURE

FINALISTE AU PRIX HUBERT-REEVES 2021
XYZ, Montréal, 2020
333 pages
26,95 $

Cet ouvrage aurait tout aussi bien pu s’intituler « Dictionnaire amoureux de l’oie blanche ». L’auteur, qui de corps ou d’esprit n’a cessé d’accompagner les oies toute sa vie, a finalement décidé de s’asseoir devant le clavier pour nous faire le récit de ce que cette fréquentation lui a apporté. Il en résulte une somme dont la richesse réside dans la cohabitation des propos objectifs et subjectifs, qu’il mélange savamment, d'une plume experte, sans jamais perdre l’intérêt du lecteur.

Sur le plan objectif et descriptif, le lecteur apprendra tout ce qu’il faut savoir : nomenclature (« grande oie » ? « petite oie » ? « oie blanche/des neiges » ? « bernache/outarde » ?), mode de vie, aménagement, réglementation, évolution démographique et, évidemment, migration. L’auteur en sait beaucoup sur les oies blanches parce qu’il a beaucoup lu, mais aussi parce que toute sa vie, sporadiquement ou assidûment selon les périodes, il a rencontré et interrogé des . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 avril 2021 à 10 h 31 | Mis à jour le 28 avril 2021 à 22 h 07