Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > SENTIMENT – SEXE – SOLITUDE

Numéro 109

Serge Lama

SENTIMENT – SEXE – SOLITUDE

Anne Carrière, Paris, 2007
130 pages
19,95 $

Serge Lama, le chanteur, la bête de scène, le loquace, le séducteur, le mystérieux, le rigoleur, le ténébreux, l’homme aux qualités viriles et féminines, Serge Lama, le tout en un, nous offre un recueil de poésie qu’il a qualifié, sur toutes les chaînes de télé et dans toutes les stations de radio où il a été interviewé, d’ouvrage érotique. C’est pour cette raison que l’œuvre se vend, d’abord, pour cette raison que je l’ai lue, ensuite et finalement aussi parce qu’elle propose de révéler des secrets sur l’homme public, ce qui n’est pas dénué d’intérêt non plus.

Tout cela s’y trouve.

Dans « Sentiment », le premier des trois cycles qui composent l’œuvre, l’auteur parle de la femme, dans un style classique, où « elle… » devient « unique, fleur, diamant, fontaine et horloge ».

Au second cycle, « Sexe », on change de style. L’évocation n’est plus le mot d’ordre. On passe plutôt aux vers explicites, provocants, bruts, où l’on parle de « con, couille, bite, vagin, puits, verge, dard, cul, raie, et j’en passe », le tout placé dans la bouche ou l’imaginaire d’un homme, d’une femme, ou des deux à la fois, c’est selon. Je garde pour votre curiosité la gamme de verbes besogneux et d’épithètes juteuses utilisés. Disons que monsieur Lama s’est fait plaisir, ce qu’on partage ou pas.

Enfin, on termine le recueil avec la partie intitulée « Solitude », celle de« l’animal inconsolable et gai », une partie empreinte de mélancolie, mais aussi d’une touchante sensibilité, qui contraste avec la crudité de la précédente.

On démarre dans les roses, on se jette dans les bosquets épineux et on finit dans les égratignures et les remords.

Publié le 2 décembre 2007 à 16 h 34 | Mis à jour le 18 janvier 2015 à 12 h 17