Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Déjà célèbre pour ses travaux novateurs sur les médias de masse, l’analyste et professeur Noam Chomsky nous revient ici avec un essai tout bonnement explosif. La question : quel devrait être le rôle de l’État dans une société industrielle avancée comme la nôtre ? Pour y répondre, Chomsky propose au lecteur un cheminement à travers les principales idéologies politiques modernes, soit le libéralisme classique, le socialisme libertaire, le socialisme d’État et le capitalisme d’État. Au fil de ses explications, l’auteur dénonce l’absurdité de la cohabitation de la démocratie et du capitalisme, qui, de fait, place au pouvoir les intérêts privés. Il développe ainsi une position en faveur du « socialisme libertaire », ou anarchisme, conception éthique et politique d’extrême gauche faisant la synthèse d’une multitude d’idées allant du libéralisme classique au marxisme.

Longtemps cantonné à l’utopie et au « chialage d’ados de gau-gauche », le socialisme libertaire a été traîné dans la boue par bon nombre de philosophes et de penseurs politiques durant le dernier siècle ; Chomsky en donne un portrait cohérent et d’une très grande profondeur. L’argumentaire est solidement organisé, clair et facile à suivre. Les idées des penseurs cités sont systématiquement expliquées et remises en contexte avant analyse, ce qui ajoute poids et richesse au raisonnement sans pour autant perdre le lecteur. L’auteur ne se livre ni à la critique gratuite, ni à la pétition de principe. Dominant son évident enthousiasme pour le socialisme libertaire, il reste rationnel, modéré, et d’une modestie socratique.

Malgré son style littéraire des plus minimalistes, Quel rôle pour l’État ? est un essai passionnant et bouleversant qu’on subit plus qu’on lit. En une cinquantaine de pages, nos illusions d’ordre, de liberté et de justice sont dépecées ; les remplace une lucidité presque douloureuse sur la condition politique de notre monde. Bien sûr, Noam Chomsky n’élabore pas de recette pratique pour la réalisation d’un État autogestionnaire fonctionnel, mais il en cerne avec justesse l’évidente nécessité. Un grand coup, sinon un tour de force : à consulter sur le champ.

Enregistrement