Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > QUATRE VOYAGEURS

Numéro 83

Alain Fleischer

QUATRE VOYAGEURS

Seuil, Paris, 2000
255 pages
37,95 $

Marcel Blanc, un sexagénaire français, Gary Green, un séduisant Irlandais aux allures de jeune premier de cinéma, le Portugais Branquinho da Rosa et le Hongrois Zoltan Scharwz sont envoyés pour quatre jours en Californie dans le cadre d’une mission spéciale dont ils ne savent rien avant leur départ. Sous le thème « Le monde et son double », ils visiteront quatre hauts lieux de recherche et d’expérimentation. Ils y rencontreront le créateur d’une Rita Hayworth virtuelle, un astrophysicien, un biologiste du Mattew Berkeley Genome Centre et un gorille philosophe à la Ape and Human Communication Farm. Mais ils auront aussi la surprise de découvrir, chaque jour, qu’ils ne sont plus tout à fait eux-mêmes mais bien l’un ou l’autre d’entre eux. Car, par un phénomène de permutation, Zoltan Scharwz, le narrateur, devient tour à tour Marcel Blanc, Gary Green, Branquinhoda Rosa. Ce n’est qu’à son retour qu’il retrouvera son propre corps, certain d’avoir vécu, comme Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin Aldrin après leurs premiers pas sur la lune le 20 juillet 1969, une expérience unique et un véritable voyage historique.

Roman philosophico-absurde ? Science-fiction ? Difficile à dire. Du clonage aux simples jumeaux, du phénomène du temps et de l’espace à celui du mimétisme des singes, des stars américaines aux archétypes nationaux, le roman de Fleischer foisonne avec ses 255 pages bien serrées.

Pour amateurs seulement. Les autres abandonneront au bout de quelques pages.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21