Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > POUR NE PAS RATER MA DERNIÈRE SECONDE

Young-Moon Jung

POUR NE PAS RATER MA DERNIÈRE SECONDE

XYZ, Montréal, 2007
193 pages
24 $

Même si ce recueil est le premier livre de Young-Moon Jung offert en français, il ne s'agit pas de l'œuvre d'un débutant. Natif du comté sud-coréen de Hamyang en 1965, Jung a publié sept ouvrages de fiction depuis 1997 et remporté le prix Dong-Seo Mounhak avec la version originale de Pour ne pas rater ma dernière seconde en 1999. Malgré ce que le titre comporte de longuet, les nouvelles réunies dans ce recueil constituent autant de « micro-récits » ; la plus longue ne fait pas vingt pages et la plus courte s'étend sur seulement quelques lignes. Ce sont pour la plupart des « histoires ultranoires », des « contes de fées à l'envers », comme le relève judicieusement Jean Bellemin-Noël dans l'avant-propos. Allègrement macabres, ironiques et invraisemblables, ces narrations ont toutes quelque chose à voir avec le rêve, l'angoisse, le crime et le fantasme. On peut détecter, bien . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 octobre 2007 à 13 h 58 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 14 h 27