Accueil > Commentaires de lecture > Essai > PLEURE PAS NOSTALGIE

Didier Barbelivien

PLEURE PAS NOSTALGIE

Albin Michel, Paris, 2019
260 pages
29,95 $

Le nom de Didier Barbelivien est inconnu au Québec, mais ses chansons « Mademoiselle chante le blues », « Mon mec à moi », « Les hommes qui passent » et « D’Allemagne », interprétées par Patricia Kaas, sont restées dans nos mémoires depuis trente ans.

Tout comme les belles paroles de « Michèle » – empreintes de nostalgie –, écrites pour Gérard Lenorman en 1976. Et ce n’est que la pointe de l’iceberg musical : Didier Barbelivien a côtoyé les plus grands de la chanson française durant près d’un demi-siècle.

En France, cet auteur-compositeur est aussi connu comme chanteur, écrivain et surtout collaborateur de plusieurs artistes, de Dalida et Julien Clerc à Sylvie Vartan, Marie Laforêt et Michel Sardou, auxquels il pouvait offrir des dizaines de textes.  Déjà, en 1978, il écrit « Elle m’oublie » pour Johnny Hallyday ; ils deviennent alors des complices. Au point que ce jeune créateur de chansons – âgé de seulement 24 ans – est un jour invité par « Jeunny

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 avril 2020 à 10 h 10 | Mis à jour le 16 août 2020 à 21 h 20