Lisa Moore

PIÉGÉ

Trad. de l’anglais par Claudine Vivier
Boréal, Montréal, 2014
343 pages
27,50 $

Le nouveau roman de Lisa Moore, Piégé, a pour point de départ le même coin de pays que celui où réside l’auteure elle-même, soit Saint-Jean de Terre-Neuve, là où se déroulait aussi l’action de Février, son livre précédent. Rares sont les écrivains terre-neuviens et rarissimes ceux qui sont traduits en français ; pour le plus grand plaisir des lecteurs, Lisa Moore fait partie du lot.

Basé sur un fait réel, Février imaginait avec finesse et humanité les conséquences qu’avait eues sur une communauté le naufrage de la plateforme de forage Ocean Ranger dans l’océan Atlantique, le jour de la Saint-Valentin 1982. Le désastre, causé par une vague scélérate, avait fait 84 victimes, presque toutes originaires du même coin. À l’opposé ou presque, Piégé est une œuvre de fiction, un roman policier, une virée toute en rebondissements, un thriller, un road trip, en fait.

Juin 1978. Slayne, âgé de vingt-cinq ans, s’enfuit de la prison où il croupissait depuis quatre ans, arrêté pour trafic de cannabis. Son évasion est plutôt facile, ce qui aurait pu lui mettre la puce à l’oreille. Il n’a qu’une idée en tête, celle de récidiver, en évitant de se faire prendre cette fois-ci. Il est convaincu que son partenaire Hearn, étonnamment toujours en liberté, et lui seront « millionnaires dans deux mois ».

Et le long voyage commence. De la prison en Nouvelle-Écosse jusqu’à Vancouver, pour retrouver son compère Hearn, en passant par Montréal et Ottawa, où il essaie de renouer avec son ex-copine. « Ils se retrouvèrent tous deux en larmes et il se sentit transformé comme jamais une expérience sexuelle ne l’avait transformé et elle lui dit : ‘ Ne te fais pas prendre. C’est tout.’ »

La deuxième partie de l’expédition l’amène en Colombie, en compagnie de quelques acolytes pour le moins bizarres, là où la marchandise les attend. La route du retour vers Terre-Neuve est semée d’embûches, comme dans tout bon roman d’action, dont des rencontres avec des malfrats de la pègre, des militaires sud-américains à soudoyer ou encore des membres de la GRC. Et un ouragan. « Et ça s’abattit sur eux. Une force, une puissance instantanée comme venue de nulle part, qui précipita sur eux des tourbillons de pluie cinglante et de vent. »

Qui sera piégé dans cette aventure ? Entre trafiquants immoraux et antihéros somme toute sympathiques, qui aura le plus de chance ? Quel sera le prix de la liberté ?

Tout l’intérêt du récit réside dans la cohérence des personnages – bien qu’on aurait aimé mieux les connaître – et dans la narration de Lisa Moore, qui oscille avec habileté entre passé et présent, entre souvenirs et actions. Sa plume est agile et celle de la traductrice aussi. Si Février avait été sur la liste longue du prestigieux Man Booker Prize for Fiction 2010, Piégé a été sur la liste courte du Scotiabank Giller.

Publié le 1 octobre 2014 à 15 h 06 | Mis à jour le 12 novembre 2014 à 13 h 05