OH

Philippe Djian

“OH…”

Gallimard, Paris, 2012
237 pages
28,95 $

Dans l’art des titres concis, deux romanciers se démarquent cette année : Jean Echenoz avec 14 et Philippe Djian avec “Oh…” Dans le cas de Djian, l’audace (ou le pied de nez) ne se limite pas au choix d’une interjection (qui plus est, ambiguë à souhait) : l’auteur, qui a récolté le prix Interallié avec ce livre, a tenu à utiliser des guillemets anglais.

Ce roman aurait tout aussi bien pu s’intituler « Imbroglios », car c’est un enchevêtrement de situations compliquées et de mauvaises décisions qu’il relate. On y suit Michèle, la narratrice, une Parisienne d’âge mûr qui mène une florissante carrière de productrice de cinéma. Elle vient tout juste d’être violée chez elle par un homme qui se met ensuite à lui envoyer des messages. Plutôt que de se recroqueviller dans la peur ou de tenter de traîner son agresseur en justice, Michèle . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 29 mars 2014 à 10 h 22 | Mis à jour le 6 janvier 2017 à 13 h 06