Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > NOUVELLES D’AUTRES MÈRES

Numéro 93

Suzanne Myre

NOUVELLES D’AUTRES MÈRES

Marchand de feuilles, Montréal, 2003
174 p, $

C’est à travers une évocation déstabilisante des relations mère-fille que s’entreprend notre périple dans Nouvelles d’autres mères. Voyage émouvant où le rire et les pleurs sont au rendez-vous. Ce deuxième recueil de Suzanne Myre nous ramène constamment à la phrase : « Avant de cracher votre mère, assurez-vous d’y avoir au moins goûté ».

Les onze nouvelles du recueil présentent l’évolution de relations complexes et exigeantes : une gamine en deuil de son père réprouve l’attitude de sa mère ; Lisa, qui se dérobe par peur de l’introspection, assiste aux derniers jours de celle qui l’a mise au monde ; Jean-Benoît parvient, après la mort de sa mère, à verbaliser la gratitude qu’il éprouve envers sa sœur dévouée Suzanne Myre recrée les « combats mère-fille » pour mieux définir les rapports d’envie, de haine et d’amour, les sentiments de perte d’êtres chers, de désir, de défaite, les comportements de fille ingrate, de mère absente et de père impuissant

L’écriture fine et subtile laisse percer un humour, parfois cynique, déployé de manière habile, même dans les histoires les plus banales. Tout à la fois noir : « Je pense au monstre dans le ventre de maman », mordant et ironique, cet humour pousse à méditer certaines grandes vérités. C’est dans le quotidien des personnages, alors que toute la force réside dans le non-dit, que la galéjade prend toute sa force.

Une écriture qui innove et qui déconcerte, qui fait appel à ce qu’il y a de plus sensible en nous, traduit ainsi les petits et les grands maux de l’être. Une voix unique, qui touche directement au cœur, alors que nous nous remémorons malgré nous « l’histoire de [notre] mère, et de sa fille ».

Publié le 10 décembre 2003 à 12 h 57 | Mis à jour le 10 décembre 2003 à 12 h 57