Julos Beaucarne

MONDE NEUF

L'Archipel, Paris, 1999
240 pages
29,95 $

Ce livre n’est pas un livre, c’est une invitation. Une invitation au voyage, aux rêves, à la poésie. Il faut appliquer Monde neuf comme on se passe un baume pour cautériser certaines plaies, pour ramollir les durillons. Ce livre est une exhortation à penser différemment, à croire au possible. Qu’il est possible de changer les choses de la vie, d’apporter simplement une petite lumière qui embrasera les ténèbres des gens perdus. Sur tous les tons et modes oratoires et vibratoires, Julos Beaucarne chante la vie et sa foi en cette terre. Dire, témoigner, raconter, pour éviter de se terrer derrière sa propre indifférence, retrait insidieux et cruel si largement partagé. Le monde sera neuf. Le 9/9/99 à 9 h 09 pm, à la ferme de Wahenge, Julos Beaucarne présentait son concert d’ouverture du nouveau millénaire. Y soufflait le grand vent de l’espoir et de la fraternité humaine. Il n’est pas seul à croire à certains possibles, qu’il est réaliste le cri : « Peuples de tous les pays, réunissons-nous ! » Il est difficile de résister à la bourrasque que déchaîne Julos Beaucarne, tant son optimisme et sa détermination sapent nos incertitudes existentielles. Enfourchons nos vélos, gambadons au travers des 36 pagodes post-industrielles, humons le large courant d’air qui décoiffe sans provoquer une grippe de cerveau, pour qu’enfin l’on bâtisse le monde de demain qui transformera nos quotidiens et balaiera le scepticisme et la morosité des êtres qui sont, intimement, de lumière.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 23 novembre 2014 à 18 h 27