Accueil > Commentaires de lecture > Essai > MON PREMIER DICTIONNAIRE FRANÇAIS ILLUSTRÉ

Numéro 78

Nathalie Elliott

MON PREMIER DICTIONNAIRE FRANÇAIS ILLUSTRÉ

Guérin, Montréal, 1999
1181 pages
25,00 $

Un dictionnaire n’est pas a priori un livre dont on croit qu’il fera envie aux enfants. Un dictionnaire illustré est déjà plus engageant, mais si l’on tient à ce que le livre rende les services qu’un bon dictionnaire doit rendre à un écolier, il ne faut pas que la précision des définitions soit négligée au profit de l’esthétique et que la place des illustrations empiète sur la qualité et la quantité des renseignements linguistiques.

Avec Mon premier dictionnaire français illustré, Nathalie Elliott relève avec succès le défi de concevoir un véritable dictionnaire linguistique qui soit en même temps un livre que les enfants vont aimer feuilleter et dans lequel ils trouveront sans doute plus que ce qu’ils cherchaient au départ. Consultant l’ouvrage pour vérifier l’orthographe d’un mot ou une définition, ils trouveront des mots complémentaires, qui soulignent les parentés du lexique tout en facilitant la mémorisation, des expressions où le mot est employé dans un sens figuré, ou encore de précieux renseignements grammaticaux, clairement mis en évidence par une mise en page vivante, colorée et aérée. Par exemple, on retrouve d’entrée de jeu à la lettre A, dans un rectangle de couleur contrastante, une courte explication qui précise la différence entre la préposition à et la forme du verbe avoir avec laquelle elle est trop souvent confondue. Des informations sur le fonctionnement de la langue jalonnent ainsi tout l’ouvrage, renseignements que l’enfant découvrira peut-être par hasard au fil de ses recherches, mais qu’il pourra très facilement retrouver, étant donné le classement alphabétique. Les définitions (plus de 10 000) sont simples et précises et les mots clés sont soulignés par le caractère gras pour mettre en évidence la logique de la langue et faciliter la compréhension. Ainsi, une comptine est définie comme une « chanson enfantine destinée à choisir quelqu’un en comptant les syllabes ». De plus, toutes les définitions sont éclairées par des exemples adaptés à la réalité des enfants, ce qui est particulièrement utile dans le cas des concepts plus abstraits.

Les nombreuses planches illustrées sont conçues pour favoriser l’enrichissement du vocabulaire et, avec les dessins qui habitent les marges sans les alourdir, animent l’ouvrage et en rendent la consultation franchement agréable. Si certains dessins ont paru un peu plus décevants à l’adulte que je suis, il faut reconnaître qu’ils ont été choisis en fonction des intérêts des enfants (moyens de transport, flore et faune, etc.) et ont beaucoup intéressé ma fille, qui n’a pas encore l’âge de lire les définitions, mais qui a tout de suite saisi que ce livre lui était ultimement destiné.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 24 décembre 2014 à 14 h 53