Jacques Savoie

#MARIA

Boréal, Montréal, 2019
328 pages
27,95 $

Un quiproquo peut changer une vie. Ainsi en sera-t-il pour Mathias Fort, un agent secret du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS). Il devait se présenter dans un bureau pour y rencontrer quelqu’un et établir le lien en disant : « Je viens de la part de Xavier ». À partir de là, rien ne sera plus pareil…

Comme son père, Mathias est un homme distrait… Dans cet immeuble, il se trompe de bureau et entre en contact avec l’équipe de production du film américain 5G, tourné à Montréal, dont la production vient d’être interrompue pour cause d’agression sexuelle. La vedette masculine, Malcolm Dunn, aurait profité d’une scène érotique pour violer sa partenaire, Rebecca Swanson. Celle-ci a déposé une plainte, Dunn a été assigné à résidence à Montréal et Swanson est retournée aux États-Unis. De plus, les producteurs ont décidé d’abandonner le projet, en déroute financière. Mathias, qui possède un « don inné pour anticiper l’impensable », décide de racheter la faillite : à la suite de l’accident tragique qui a causé la mort de son père, la compagnie d’assurance lui a versé une somme qui, quand commence le roman, dépasse le million de dollars. Il hérite donc des scènes tournées (libres de droits) et d’une équipe qui lui sera dévouée. Du jour au lendemain, il devient producteur et réalisateur d’un film. L’idée n’est pas de continuer le film, mais de créer The Making of 5G. Toutefois, si Mathias veut préserver des scènes tournées, il n’a pas de scénario concret pour faire un film, mais il sait que tout tournera autour de la poursuite de Swanson qui se joint au projet afin de piéger Dunn qui sera lui-même filmé par caméra cachée.

À cette intrigue principale se greffent trois intrigues secondaires qui viennent la compléter. Mathias n’a jamais accepté la décision de sa mère, elle qu’il n’a jamais revue, d’abandonner son mari et l’adolescent qu’il était. Or celle-ci communique avec lui par courriel. Ce sera l’occasion pour Mathias de faire la paix avec son passé. Comme il vit seul et n’a guère d’amies, il fait appel à une agence de rencontres : il fera la connaissance de Rima, comme par hasard assistante-coiffeuse sur le tournage de 5G… Enfin, son film suscite l’inquiétude du SCRS dont il a démissionné, le scandale sexuel, impliquant deux vedettes américaines en sol canadien, ayant conduit à une « crise » politique. L’enchevêtrement des quatre intrigues relance l’action et, lentement, le film devenu #Maria prend forme.

#Maria est dédié à Maria Schneider, la jeune vedette du Dernier tango à Paris que Marlon Brando aurait violée lors d’une scène du film qui ressemble à la scène scabreuse de 5G. Les références cinématographiques sont d’ailleurs nombreuses dans le roman. Ainsi, les trois titres des films dans lesquels apparaît Rebecca Swanson reprennent ceux de films tournés dans les années 1920 et mettant en vedette Gloria Swanson ; ainsi, aussi, la volonté de Mathias de se rapprocher du cinéma-vérité à la manière, jadis, de l’ONF… D’autres événements marquants s’y retrouvent également : par exemple, Swanson s’installe dans la suite autrefois occupée par John Lennon et Yoko Ono au Reine Elizabeth pour manifester contre les abus sexuels commis contre les femmes, où elle est rejointe par plusieurs comédiennes québécoises, des victimes elles aussi. Au passage, Savoie lance quelques pointes au sujet du faible rôle accordé aux scénaristes, profession qu’il exerce lui-même. Enfin, la musique joue un rôle important, comme c’est d’ailleurs le cas dans la plupart des romans de Savoie.

Mais plus que tout, l’intrigue s’avère passionnante et les personnages, bien développés. Le roman dénonce « l’ère du mensonge » en cette époque où « la frontière entre le vrai et le faux, entre la vérité et le mensonge, entre la fiction et le réel » est de plus en plus floue, ce que vient illustrer le film que tourne Mathias Fort sur l’agression contre Swanson.

 

 

Publié le 6 novembre 2020 à 13 h 25 | Mis à jour le 15 décembre 2020 à 12 h 35