Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’ŒIL DU PURGATOIRE

Jacques Spitz

L’ŒIL DU PURGATOIRE

L'Arbre vengeur, Talence, 2008
197 pages
13 Euros $

Un peu paumé, raté par choix, artiste peintre de son métier, misanthrope, Jean Poldonski croise un jour un vieux savant fou qui lui inocule bientôt, à son insu, un bacille provoquant ni plus ni moins qu'un voyage dans la causalité. C'est moins la dimension scientifique qui compte que l'expérience humaine qui s'ensuivra et dont rend compte Poldonski lui-même dans ce roman en forme de journal, très certainement un des meilleurs « romans fantastiques » de Jacques Spitz. L'anecdote est bel et bien fantastique ou fantaisiste ou scientifique (comme on voudra), mais le propos, lui, est résolument existentiel : à quoi sert de vivre quand tout est d'avance déjà fini ? « Ils ne sentent donc pas [...] que tout revient au même ? » Poldonski voit « les choses à l'endroit où elles sont, mais dans l'état où elles seront plus tard ». La marche en avant ira s'accélérant, le pourrissement dont est témoin le peintre se faisant de plus . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 22 mars 2009 à 10 h 12 | Mis à jour le 23 juin 2015 à 14 h 19