Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’ISLE HAUTE EN MARGE DE GRAND-PRÉ

Serge Patrice Thibodeau

L’ISLE HAUTE EN MARGE DE GRAND-PRÉ

Perce-Neige, Moncton, 2017
201 pages
22 $

Ainsi nommée par Samuel de Champlain en 1604, l’isle Haute existe bel et bien en marge de Grand-Pré et,pourtant, déplore Serge Patrice Thibodeau, « [b]ien avant Photoshop et la chute de l’Empire soviétique, on a biffé / exclu / ignoré l’isle Haute ».

Comment expliquer cette amnésie, cet aveuglement? Pourquoi avoir soustrait des cartes et des atlas cette île que l’auteur embrasse du regard lorsqu’il prend le vol AC 665, cette île que le colonel Chris Hadfield photographia depuis la Station spatiale internationale en 2013? Données à voir dans le livre, ces images servent pour ainsi dire de planàThibodeau,qui en ausculte les moindres contours,pour « [r]etrouver / refaire / reconstruire le paysage ».

L’entreprise du poète est audacieuse, complexe et, en cela, elle pourrait dérouter qui chercherait à tout saisir, tout comprendre de cet ensemble composé de 9 parties, toutes précédées d’extraits de documents variés (manuels, lettres personnelles, citations d’auteurs) et rassemblant chacune 44 . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 23 décembre 2017 à 13 h 24 | Mis à jour le 23 décembre 2017 à 13 h 24