Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’ÎLE SAINTE-HÉLÈNE

Numéro 88

Pierre Philippe Brunet, Jean O'Neil

L’ÎLE SAINTE-HÉLÈNE

Hurtubise HMH, Montréal, 2001
117 pages
39,95 $

L’Île Sainte-Hélène, située entre l’Île de Montréal et Longueuil, a eu une longue histoire : ancienne citadelle au XIXe siècle, lieu de baignade, parc de loisirs, camp de prisonniers durant la Deuxième Guerre mondiale et surtout site de l’Exposition universelle de 1967. Il existait assez peu d’ouvrages consacrés spécifiquement à ce lieu riche et méconnu. L’écrivain Jean O’Neil et le photographe Pierre Philippe Brunet ont voulu répéter le très beau livre qu’ils avaient publié conjointement, Les escaliers de Montréal, qui mettait en évidence l’originalité et la variété des escaliers extérieurs des maisons à logements de la métropole, principalement autour du Plateau Mont-Royal. Ce premier livre conjoint, d’un charme indéniable, montrait bien l’une des grandes spécificités de l’architecture du Québec, avec ses différents modèles d’escaliers de bois, de métal, en colimaçon ou à angle droit.

Le livre consacré à l’Île Sainte-Hélène est plutôt inégal, malgré son sujet assez fascinant. La première moitié est excellente et bien documentée, mais le reste déçoit parfois. Le texte de Jean O’Neil contient souvent des notions historiques utiles sans toujours être exhaustives, mais le style combine maladroitement le récit factuel et les passages romancés, quelquefois banals, comme le prouvent les très brefs chapitres consacrés à la Deuxième Guerre mondiale (« Oh ! Les pauvres ! ») ou les dernières pages assez bâclées portant sur les courses et le casino de Montréal. Les nombreuses photographies de Pierre Philippe Brunet sont toujours splendides, mais la plupart ne sont ni datées ni légendées, et l’on ne retrouve pas chaque fois le lien entre le texte et celles-ci. Malgré ses faiblesses, on se réjouit de découvrir dans cet ouvrage le passé étonnant de cette île aux nombreuses métamorphoses, dont la superficie a récemment doublé lorsqu’elle a reçu les résidus des excavations du métro de Montréal, en construction durant les années 1960. On ne peut que souhaiter que le livre L’Île Sainte-Hélène soit un jour réédité dans une version remaniée et augmentée.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 19 novembre 2014 à 12 h 14