Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LIBÉREZ LES ENFANTS !

Craig Kielburger, Kevin Major

LIBÉREZ LES ENFANTS !

Traduit de l'anglais par Nicole Daigneault
Écosociété, Montréal, 1999
393 pages
29,95 $

Craig Kielburger, c’est cet adolescent de Toronto dont tous les médias canadiens ont parlé lors de la visite de Jean Chrétien et de sa délégation commerciale en Asie au début de l’année 1996. Le garçon de 13 ans se trouvait alors en Inde avec Alam Rahman, Canadien de 25 ans originaire du Bangladesh devenu son mentor et compagnon de voyage, afin de constater par lui-même l’exploitation et l’esclavage dont sont victimes des millions d’enfants-ouvriers. Quant à Kevin Major, collaborateur à la rédaction de Libérez les enfants ! , on le dit le meilleur auteur canadien-anglais de romans pour adolescents.

Libérez les enfants ! témoigne dans une langue et un ton justes de la détermination du jeune Craig Kielburger. Après avoir été touché par un article de journal faisant état de l’exploitation du travail des enfants, il alerte son entourage et fonde avec ses camarades le mouvement Enfants libres dont le but est d’éradiquer le travail des enfants et de faire respecter leur droit à l’éducation. Un voyage de sept semaines en Asie du Sud lui permet de rencontrer des enfants de la rue et des enfants-ouvriers. Craig Kielburger, qui va du Bangladesh au Pakistan, du Népal au sud de l’Inde, émaille son récit de détails pittoresques qui ne manquent pas d’intérêt, mais l’essentiel, le cœur de son récit, est fait des rencontres avec les enfants : cette petite de huit ans, par exemple, Muniannal, mains et pieds nus, accroupie sur un sol couvert de résidus de substances médicales, défaisant des seringues usagées pour déposer aiguilles, cylindres et pistons dans trois bacs séparés ; ces enfants travaillant dans des usines d’explosifs, dans des manufactures de tapis, des lupanars, et combien d’autres au travail dix heures et plus par jour pour quelques sous.

Sans glisser dans le prosélytisme et le didactisme, cet ouvrage s’avère un récit sensible et bien documenté. Ce qu’on y trouve tranche avec le sentiment d’impuissance si répandu. Pour preuve, l’amendement au Code criminel, résultat de l’action d’Enfants libres, qui rend passibles de poursuites judiciaires les Canadiens qui se livrent au commerce sexuel avec des enfants à l’étranger. Libérez les enfants ! informe et incite à l’action.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 24 mars 2015 à 9 h 39