Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’HOMME QUI M’AIMAIT TOUT BAS

Éric Fottorino

L’HOMME QUI M’AIMAIT TOUT BAS

Gallimard, Paris, 2009
147 pages
28,50 $

Très honorable président du groupe Le Monde et par ailleurs romancier fort apprécié, Éric Fottorino s'autorise plus que jamais la transparence. Avec L'homme qui m'aimait tout bas, il plonge sans filet dans l'autobiographie, tendre hommage posthume à son père adoptif. Pour notre grand bonheur.

Déjà dans Korsakov, l'auteur exposait sans équivoque son attachement à sa famille adoptive ' la tribu Fottorino ' et dédicaçait le livre à la mémoire d'un autre homme important à ses yeux et à son cœur, son grand-père Marcel.

Dès la première phrase de L'homme qui m'aimait tout bas, Fottorino lève toute ambiguïté : « Le 11 mars 2008, mon père s'est tué d'un coup de carabine ». À 70 ans, le chaleureux Pied-Noir ' kinésithérapeute de métier ' a choisi son destin, comme tant d'autres que nous avons aimés, laissant . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 11 novembre 2010 à 16 h 29 | Mis à jour le 14 juin 2015 à 11 h 37