Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’HOMME DE GRIFFINTOWN

Numéro 163

Markus

L’HOMME DE GRIFFINTOWN

3, L’ENTRE DEUX MONDES

La Plume D’or, Montréal, 2021
123 pages
19,95 $

Voici le troisième et ultime volet de la trilogie d’anticipation présentant les aventures de Georges Delson, l’homme invisible moderne impliqué, malgré lui, dans un terrible complot international où l’avenir de l’humanité est en jeu…

En 2025, nous retrouvons Stéphane Laroche, l’ex-policière de Montréal, en compagnie de son fils Doron, qui est également celui de Georges Delson, dont ils sont sans nouvelles depuis plusieurs années. Afin d’assurer leur sécurité, ils se sont établis à Puerto Morelos, une petite ville du Yucatan, après un séjour en Israël. Les parents de la jeune femme, également sur place, se sont liés d’amitié avec Kew Wan, un sympathique voisin asiatique.

En juin 2036, un incident singulier se produit à l’aéroport Washington-Dulles : un adolescent nu apparaît soudainement dans le grand hall. Paniqué, il prend une voyageuse en otage, dont il menace de briser la nuque, mais il est rapidement abattu. L’enquête démontre qu’il présentait les traits et les empreintes digitales de Delson. D’horribles attentats sont ensuite perpétrés contre les États-Unis, entraînant des millions de morts.

Peu après ces événements, les Laroche reçoivent la visite d’un mystérieux personnage. L’homme a d’importantes révélations à leur confier, notamment que Kew Wan est en réalité Q1D4, un robot tueur autonome chargé de les protéger, en particulier Doron, en raison de ses dons extraordinaires.

S’organise alors une expédition en Russie, qui s’avérera riche en rebondissements, et au terme de laquelle seront découverts les noirs desseins du Kremlin. Mais les véritables maîtres de l’intelligence artificielle ont eux aussi des cartes dans leur manche, qu’ils sauront jouer avec brio. Fait notable : Markus n’hésite pas à transgresser une des règles habituelles du genre, voulant que les « bons » aient pour pratique d’épargner les innocents. Ainsi, Q1D4 en vient à « nettoyer » une salle, tuant, entre autres, de pauvres femmes retenues en esclavage pour servir de procréatrices. Quoi qu’il en soit, l’intrigue, fort bien orchestrée, mènera à une conclusion surprenante et ouverte. L’auteur annonce d’ailleurs une suite sous forme de série télévisée, qui portera le titre Trouver les Soixante.

Publié le 2 août 2021 à 14 h 31 | Mis à jour le 2 août 2021 à 14 h 31