Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LETTRE À SAINT-EXUPÉRY

Katia Canciani

LETTRE À SAINT-EXUPÉRY

Fides, Montréal, 2009
70 pages
22,95 $

Il est des textes qui s’inscrivent entre les genres de la littérature. Dans un moment de doute sur elle-même, Katia Canciani a choisi d’inviter Antoine de Saint-Exupéry à s’asseoir avec elle à la terrasse d’un café, pensant qu’il était le seul qui puisse la comprendre et la conseiller. Et Saint-Exupéry a accepté.

Cette Lettre à Saint-Exupéry n’est donc pas une lettre ni un monologue car le célèbre aviateur-écrivain répond aux nombreuses interrogations de son interlocutrice. S’ensuit un touchant texte dans lequel Canciani tente de faire le point sur son vécu et sur ses choix de vie.

À l’époque de l’écriture, elle avait publié un très beau roman, Un jardin en Espagne (David, 2006), deux ou trois ouvrages pour la jeunesse et s’engageait, difficilement, dans l’écriture d’un second roman, publié en 2009, aussi intéressant que le précédent tout en étant fort différent (178 secondes, David).

« Vivre, c’est naître lentement », lui confie Saint-Exupéry en citant un extrait de Pilote de guerre. Et elle de constater qu’elle « [s]’éveille chaque jour un peu plus ». Reprenant le cours de sa vie, elle lui raconte comment elle est devenue pilote et sa passion pour le vol, les difficultés reliées au fait qu’elle était la seule femme pilote dans sa compagnie, son choix de la maternité en assumant son rôle de mère de trois filles, ce dont elle est fière mais qui lui coûte sa licence, et sa découverte de l’écriture, elle qui se définit comme « auteure » tout en souhaitant devenir « écrivaine ».

D’anecdotes en pensées, le lecteur rencontre, en même temps que Saint-Exupéry, une femme sensible qui écrit fort bien et qui chemine lentement vers elle-même, cherchant « à rejoindre la petite fille qu'[elle a] été » afin de mieux comprendre le sens de sa vie.

Elle qui a déjà rêvé, petite, d’être peintre mais qui n’a jamais osé, illustre son livre d’aquarelles qui ponctuent son texte. Mais contrairement au caractère naïf des dessins de Saint-Exupéry dans Le petit prince, ses tableaux sont d’un délicat réalisme.

Douceur et tendresse, charme et délicatesse habitent cette œuvre qui, tout en traçant le portrait de son auteure, nous invite à redécouvrir l’œuvre de Saint-Exupéry.

Publié le 20 mars 2010 à 15 h 05 | Mis à jour le 30 novembre 2014 à 15 h 28