Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES SILENCES IMMOBILES

Numéro 84

Christian Violy

LES SILENCES IMMOBILES

Des Plaines, Saint-Boniface, 2000
89 pages
12,95 $

Originaire de Québec, ce jeune poète de 30 ans a beaucoup voyagé et a décidé de se fixer à Saint-Boniface au Manitoba. Ce « récit poétique » est son premier ouvrage qui est divisé en 31 mouvements distincts instaurant un parcours spécifique. Celui-ci peut être qualifié de « voyage initiatique » nous amenant par-delà la souffrance d’êtres qui nous habitent tous. Une sorte de traversée du désert qui aboutit à une certaine réconciliation avec soi-même et le Monde : le chaos se fait ouverture. Ce cheminement s’inscrit dans une relation d’un fils avec un père absent mais évoqué, réincarné par la poésie. L’écriture est, sans doute, d’une bonne qualité mais truffée d’images empruntées au fil de ses lectures par l’auteur. En avant-propos, Christian Violy souhaite exprimer sa voix propre mais celle-ci est malheureusement noyée dans un incroyable magma…

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 13 novembre 2014 à 14 h 27