Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES RESCAPÉS DU STYX

Jane Urquhart

LES RESCAPÉS DU STYX

Trad. de l'anglais par Anne Rabinovitch
Fides, Montréal, 2007
472 pages
29,95 $

Le Styx, dans le titre français, évoque la séparation du monde des morts du monde des vivants, en référence au fleuve de la mythologie grecque qui entoure les Enfers. Sylvia, personnage central du roman, dont le narrateur à la troisième personne privilégie le point de vue, est attirée par le monde disparu. Indifférente, voire absente à la réalité qui l'entoure, « elle était convaincue que la seule famille qu'elle avait eue avant lui [son amant, Andrew] était celle des morts. Les objets, les cartes et les enfants disparus ».

Roman de la mémoire et de l'oubli, qui fouille les ruines pour reconstituer le passé, entremêlant matériaux historiques et constructions imaginaires. Un récit enchâssé attribué au vieil Andrew Woodman, disparu un jour de tempête, remonte jusqu'à son arrière-arrière-grand-père, arrivé d'Europe au début du XIXe siècle pour s'installer dans l'île Timber, don du Parlement . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 2 décembre 2007 à 19 h 39 | Mis à jour le 30 juin 2015 à 13 h 32