Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LES OMBRES DE LA MÉMOIRE

Numéro 164

Stéphane Lépine

LES OMBRES DE LA MÉMOIRE

ENTRETIENS AVEC RÉGINE ROBIN

Somme toute, Montréal, 2021
223 pages
25,95 $

Au fil de ses ultimes entretiens, l’autrice, sorte d’intellectuelle totale, revient sur son parcours.

Intellectuelle. Entendre : à la sauce humaniste. Un engagement clair et détaché, au-dessus de la mêlée, l’enseignement universitaire, les rets du structuralisme alors dominant, voilà ce qui situe un peu cette touche-à-tout : de la linguistique à la sociologie en passant par l’histoire, même un peu de fiction romanesque, Robin est de ces figures comme en ont produites les 60 dernières années. Je le dis sans condescendance, uniquement pour situer le personnage, la femme qui nous livre ici des aperçus sur sa vie, sur ses migrations, ainsi que des éléments épars et disparates de biographie et de parcours académique. Construit thématiquement (la langue, l’Allemagne, la mémoire, entre autres divisions), le livre comporte des redites, forcément, et des lieux communs du structuralisme, la pluralité, par exemple, et la complexité (celles de son parcours, de l’Histoire, du R . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 9 novembre 2021 à 9 h 44 | Mis à jour le 9 novembre 2021 à 15 h 58