Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES CHRONIQUES DES FURETS

Richard Bach

LES CHRONIQUES DES FURETS

Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2003
136 pages
19,95 $

On est loin de l’étonnant mystère du Messie récalcitrant et de sa séduction. Ce que nous présente Richard Bach cette fois est de toute évidence une fable pour enfants, illustrée de ses propres dessins. Tout y est : la naïveté du ton, la simplicité romantique de l’aventure qui nous est racontée et l’éloge des beaux sentiments qui parviendront à sauver le monde par l’amour. Malheureusement pour nous, humains, cela se passe dans un monde où cohabitent des furets terrestres et des furets angéliques dont certains ont pour fonction d’aider leurs cousins terrestres à réaliser leur destin. Le seul passage qui ait réellement éveillé mon intérêt est celui du vol de Tornade, héroïque furet féminin, affrontant un violent orage, qui se déroule comme un véritable suspense et nous emporte malgré nous, la description précise des techniques de pilotage en cours de vol parvenant à rendre vraisemblable cette hallucinante équipée. Pour un moment, on redevient enfant.

Publié le 30 septembre 2003 à 10 h 00 | Mis à jour le 30 septembre 2003 à 10 h 00