Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES ÂMES BRÛLÉES

Numéro 119

Andrew Davidson

LES ÂMES BRÛLÉES

Trad. de l’anglais par Natalie Zimmermann
Plon, Paris, 2009
502 pages
29,95 $

L'histoire d'amour de plus 700 ans entre un grand brûlé polytraumatisé tourmenté par un serpent qui habite sa colonne vertébrale et une sculptrice schizophrène polyglotte suit son cours dans une chambre d'hôpital puis dans la forteresse où la sculptrice extrait de la pierre d'affreuses gargouilles. Ce conte dantesque va et vient entre le récit des hauts et des bas d'un narrateur jamais nommé, ex-star du porno, qui survit à un accident de voiture, et la narration de Marianne Engel, qui affirme l'avoir connu à l'époque médiévale où ils auraient vécu ensemble de périlleuses aventures. C'est entre ses intenses périodes de transe créatrice que Marianne Engel raconte au narrateur leur long périple à travers les siècles qui débute au XIVe siècle au couvent d'Engelthal en Allemagne où elle fait sa connaissance sous les traits d'un jeune mercenaire gravement brûlé

Andrew Davidson serait-il la . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 11 novembre 2010 à 15 h 50 | Mis à jour le 14 juin 2015 à 11 h 33