Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE VOYAGE D’HIVER

Numéro 118

Amélie Nothomb

LE VOYAGE D’HIVER

Albin Michel, Paris, 2009
130 pages
24,95 $

Amélie Nothomb est fascinante.

On la sent derrière tout ce qu'elle écrit, même lorsqu'elle le fait au masculin, mais elle n'est jamais embarrassante, ni moralisatrice, ni gênante. Elle a l'art de l'intrigue, de l'invitation inquiétante, de la déroute, du paradoxe, de l'amusement défendu. Elle est curieuse de sa propre singularité, épatée par la différence.

Dans ce roman, Aliénor, une écrivaine à succès, se révèle être une déficiente intellectuelle prise en charge par Astrolabe, sa tutrice légale, une belle femme, qui lui consacre entièrement sa vie : elle la nourrit, la lave, transcrit ses écrits, discute avec l'éditeur, la protège de toutes les façons, du regard de la société et de l'exploitation du marché.

Les deux femmes sont visitées par un employé de l'EDF mandaté pour faire la tournée des appartements insalubres de Paris. Il n'y a pas de chauffage, le . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 mars 2010 à 17 h 07 | Mis à jour le 17 juin 2015 à 15 h 59