Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE VIEIL HOMME RANGÉ

Numéro 81

Jean-Pierre Dopagne

LE VIEIL HOMME RANGÉ

Lansman, Carnières-Morlanwelz, 1999
58 pages
13,95 $

Jean-Pierre Dopagne est un auteur belge, connu au Québec depuis plus de cinq ans, alors qu’il venait de présenter L’enseigneur, créé en 1994 au Festival de théâtre de Spa. C’est cette charge virulente contre l’école qui a permis à l’auteur de se révéler publiquement comme auteur dramatique. Il a lui-même enseigné au niveau secondaire pendant plusieurs années en même temps qu’il développait la pratique du théâtre en milieu scolaire. Faisant suite à plusieurs autres publications, Le vieil homme rangé fut mis en scène au Festival de Spa en août 1999.

C’est une pièce à deux personnages : Henri Cambier, archéologue connu, et sa fille Jeanne, musicologue. Porté disparu depuis un an et 14 jours, il n’a jamais donné signe de vie. Des recherches ont été faites et l’enquête de la gendarmerie a officiellement conclu : noyade dans la rivière. Son fils Jacques a payé les factures, les taxes et les impôts. Jeanne a donné les vêtements dans une maison de retraite et le vin à un voisin qui entretient la maison et le terrain ; elle a emmené les livres et la télévision chez elle. Aujourd’hui elle est venue ranger et brûler tout ce qui reste de son père dans cette maison, isolée dans la campagne : des dossiers classés, des lettres, des manuscrits C’est le 31 décembre et son père la surprend, occupée à fouiller dans « ses » affaires !

Il ne donne aucune explication sur sa disparition, les dialogues sont martelés par des phrases très courtes, il ne répond pas aux questions. Il s’étonne de ne plus voir ses livres sur les étagères, ses papiers entassés dans des boîtes de carton, sa chambre occupée par sa fille ; plus de café, plus d’Sufs, dehors plus de poules et pas de projet de réveillon. Peu à peu, et pleins de rancœur, ils parlent des nombreuses frustrations subies dans leurs vies respectives ; il accepte enfin de sortir toutes ces boîtes et d’y mettre le feu, les dialogues deviennent moins confus et évoquent des souvenirs ; il oblige Jeanne à lire le texte d’un de ses romans. Une fois le vieil homme « rangé », un traiteur apporte un repas froid ; il commence à neiger, ils passeront un premier réveillon ensemble.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21