Fulvio Caccia

LE SECRET

Triptyque, Montréal, 2006
223 pages
20 $

Prenant et déroutant. Peut-être plus déroutant que prenant. L'idée d'un manuscrit qui passe d'une main à l'autre en laissant derrière lui un sillage de morts et de dévastations ne manquait pas de sel. L'explication offerte de cette étrange malédiction était elle aussi ingénieuse et pourtant plausible. Jusque-là, l'écriture aidant, le bouquin fascine. Les choses se gâtent quelque peu, cependant, quand se multiplient les ruses, les feintes, les esquives. Trop, c'est trop. Le comble est atteint lorsque tombe l'épilogue qui arrache encore quelques masques et qu'une coda vient coiffer et corriger l'épilogue lui-même. On a beau apprécier les poupées russes, on s'étonne si la plus petite prétend dissimuler une plus grande qu'elle.

Cette complexité, heureusement, ne manifeste que peu à peu sa tendance à fonctionner dans le vide. Les chapitres, courts et fluides, se succèdent assez longtemps sans que fléchisse l'intérêt. Le . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 10 mars 2007 à 11 h 58 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 14 h 35