Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE SCULPTEUR DE VŒUX

Numéro 161

Philippe-Aubert Côté

LE SCULPTEUR DE VŒUX

Alire, Lévis, 2020
653 pages
32,95 $

Le Soma (monde des Humains), l’Éthermonde (monde des Éthériques) et le Noocosme (l’Au-Delà) sont des facettes du même univers occupant des plans quantiques parallèles. De même que dans le Soma, des machinations se produisent en Éthermonde, pouvant impliquer des Humains et même susciter de graves conséquences pour eux…

Maxime, amoureux de dessin et de mangas, est un jeune tatoueur au passé familial trouble. Il appartient au Soma, le monde que nous connaissons, et il habite Montréal. Mais il sera assez tôt initié à l’existence de deux autres mondes, coïncidant spatialement au nôtre, et qui sont inconnus de la majorité des Humains.

L’Éthermonde est peuplé de créatures fantastiques, souvent zoomorphes : humanocervidés aux andouillers colorés, crapaud-cornemuse, femme-plante médicinale, femme-réglisse, femmes-carcajous, hommes-arbres, hommes-loups, hommes-ours, hommes-diables cornus, maléfiques Alchimistes, etc. Le Soma et l’Éthermonde communiquent par des zones tangentielles, ou lors de phénomènes particuliers, comme des explosions atomiques.

Le troisième monde, le Noocosme, est celui des psychopompes (les grands dragons), des démiurges (djinns et éfrits) et des dieux primordiaux. Il accueille également les psychons, les âmes des êtres vivants des deux autres mondes, en transmutation après leur mort, dans l’attente de leur réincarnation, quelque part dans l’Univers.

Dans l’Éthermonde, la cité de Yamagoya est vassale de celle d’Odena (correspondant spatialement à Montréal), et doit lui fournir, à intervalle de dix ans, un tribut sous forme de vœux générés par un djinn retenu en captivité à cette fin. Parallèlement, l’existence d’un « vœu absolu » suscite bien des convoitises…

Philippe-Aubert Côté présente un roman de fantasy débordant d’imagination, qui plaira sans doute aux amateurs de mangas, ainsi qu’aux amoureux de l’univers nippon et des aventures complexes. L’intrigue, intelligente et dense, se déroule à plusieurs niveaux et livre peu à peu les prémices de l’histoire, au fil de digressions savamment insérées. Le rythme s’accélère tout au long du roman, pour fuser en une conclusion particulièrement haletante. En somme, il s’agit ici d’un manga en prose digne de mention, mettant en évidence le talent impressionnant de l’auteur.

Publié le 17 décembre 2020 à 16 h 15 | Mis à jour le 7 mars 2021 à 17 h 22