Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE PIÈGE DE L’ARCHITECTE

Numéro 122

Lincoln Child, Douglas Preston

LE PIÈGE DE L’ARCHITECTE

Trad. de l’américain par Michèle Garène
L'Archipel, Paris, 2010
451 pages
29,95 $

Dans le même ordre d’idées que la réédition de Relic voilà deux ans, l’Archipel remet sur le marché Le piège de l’architecte, un roman déjà paru il y a dix ans. C’est une excellente idée puisque cet ouvrage propose sans contredit la meilleure énigme du célèbre duo d’auteurs de thrillers.

Au large des côtes du Maine se dresse dans la brume une île terrifiante. La légende raconte qu’un architecte, kidnappé par un pirate, aurait tenté de troquer sa vie en échange de la conception d’un piège architectural imprenable destiné à protéger un trésor pas comme les autres mais la trappe fonctionna si bien que nul, depuis trois siècles, n’est arrivé à récupérer le joyau enfoui sur l’île sans y laisser sa vie ou sa raison. L’actuel propriétaire des lieux, Martin Hatch, y a d’ailleurs perdu son frère et compte bien en interdire à tout jamais l’accès.

C’était sans compter un persuasif spécialiste de récupération d’épaves qui convainc Martin d’affronter ses démons en neutralisant le piège. Des moyens financiers gigantesques et des ressources techniques et scientifiques de pointe ne peuvent faillir à la tâche, croit son équipe. Pourtant, plus les explorateurs approchent du but et plus les accidents et maux étranges se multiplient, comme si une malédiction planait sur le puits maudit.

Palpitante du début jusqu’à son saisissant dénouement, cette chasse au trésor sera bientôt adaptée au grand écran, faisant peut-être de ce suspense populaire le prochain blockbuster américain.

Publié le 25 mars 2011 à 16 h 15 | Mis à jour le 18 décembre 2014 à 11 h 09