Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LE KAMOURASKA ET LA GRANDE-ANSE

Numéro 163

Maude Gamache-Bastille, Doris Girard, Serge Lambert

LE KAMOURASKA ET LA GRANDE-ANSE

GID, Québec, 2020
275 pages
34,95 $

Si vous avez l’impression que les grands livres d’histoire du Québec ne parlent que des autres et jamais de gens ordinaires, comme vous et moi, ce livre sur des noms de famille familiers compensera un peu cette lacune.

En inaugurant la collection « Passeurs de mémoire », Le Kamouraska et la Grande-Anse retrace le parcours de 24 familles souches originaires de cette vaste région qui ne fait pas vraiment partie du Bas-Saint-Laurent. Elle est située juste avant, à partir de La Pocatière. Mais, au lieu de se borner à un simple recensement généalogique se limitant aux lieux de naissance et de décès de tous ses membres, ce livre de Serge Lambert et Doris Girard décrit avec une précision inégalée les traditions et les activités familiales des Bérubé, Bouchard, Boucher, mais aussi des Gagnon-Belzile, Hudon dit Beaulieu ou encore Thiboutot. Ces courtes biographies d’es ancêtres méconnus mais représentatifs de leur époque forment la substance de ce livre étoffé et accessible, qui raconte d’une manière très vivante notre histoire commune. Il faut le rappeler, ces familles établies depuis trois ou quatre siècles sont pour la plupart les descendants des pionniers de la Nouvelle-France. Parce que les professions se transmettaient de père en fils, et que les enfants assistaient souvent leurs parents au travail, on constate que « [p]endant des décennies, voire des siècles, une caractéristique semble coller à une famille ». Ainsi, les Lizotte de Rivière-Ouelle ont longtemps pêché le béluga (ou marsouin blanc). Au Québec, on peut aisément relier un patronyme à un lieu d’origine : par exemple les Miville-Deschênes à la seigneurie de la Grande-Anse, ou à la Seigneurie des Aulnaies.

Le Kamouraska et la Grande-Anse marque une innovation, un tournant dans la manière de concevoir l’histoire régionale en y incluant une composante originale, l’attachement au lieu, qui relie le parcours d’une famille aux endroits où celle-ci a vécu au fil des générations. Ce concept géohistorique lié à l’identité des lieux et des paysages – ou à l’attachement aux lieux (Place attachment) – est plus étudié en Angleterre. Autre innovation : un site Internet interactif complète les ouvrages de cette collection (passeursdememoire.com) en proposant des notions d’histoire, des parcours géolocalisés et des panneaux d’interprétation (Fil rouge) aux environs de Kamouraska. Les illustrations sont variées et inédites : cartes, photographies de famille (du début du XXe siècle), actes notariés et autres manuscrits datant du XVIIe siècle, pages couvertures de monographies parues à compte d’auteur. Avec Le Kamouraska et la Grande-Anse, les éditions GID reconfirment leur position de champion de l’édition en histoire régionale au Québec.

Publié le 3 août 2021 à 13 h 03 | Mis à jour le 3 août 2021 à 13 h 03