Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LE CŒUR AU POING

Adrienne Clarkson

LE CŒUR AU POING

MÉMOIRES

Trad. de l'anglais par Nicole et Émile Martel
Boréal, Montréal, 2006
360 pages
29,95 $

Le parcours est impressionnant. Il n'y a rien de banal à passer du non-statut de refugiée à la gloire médiatique et politique. Il est rare, d'autre part, qu'une telle réussite doive tout au piston et rien aux qualités personnelles. Un préjugé favorable accueille donc les Mémoires d'Adrienne Clarkson. Il dure tant que les souvenirs portent sur l'enfance, l'insertion en milieu canadien, les études en France, l'amitié avec une femme qui a correspondu avec Rilke et dont l'appartement parisien s'orne de Borduas. L'intérêt s'étiole quand se déploie la carrière de l'adulte. Adrienne Clarkson rappelle ses rencontres prestigieuses, mais elle y greffe des commentaires anachroniques et maladroits. « Je me suis toujours estimée chanceuse d'avoir vu l'Iran avant la révolution islamique et avant toute la destruction qui accompagne inévitablement une révolution ». Le chah y régnait... « [...] l'une des visions les plus . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 17 juin 2008 à 10 h 08 | Mis à jour le 26 juin 2015 à 11 h 32