Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LE CAVALIER DU BAÏKAL

Numéro 81

Bernard Clavel

LE CAVALIER DU BAÏKAL

Albin Michel, Paris, 2000
344 pages
29,95 $

Voilà un roman qui nous amène loin dans le temps, avant Jésus-Christ, quand le barbarisme est à son apogée. Les clans, les chefs et leurs règles sont sanguinaires. Sadko, cavalier du lac Baïkal, a défié son chef Omakis, maintenant trop vieux pour régner sur son clan. Le processus de mise à mort de Sadko et de son fidèle cheval Navra, un tarpan des steppes, est enclenché. Omakis a choisi une façon très cruelle de tuer Sadko. Mais son cheval saura le sauver par ses aptitudes à communiquer avec lui.

Durant une tempête de plusieurs jours, Tamar, l’ami de Sadko, trouvera les personnes qui lui sont attachées et tous se sauveront vers où le soleil se couche. L’aventure commence, pour Kotcha, qu’il épousera au cours du périlleux voyage ; la mère de celle-ci, Manek, qui aidera avec ses herbes médicinales ; le vieux Katchi, petit homme vif et de bon conseil ; une femme nommée Gréogs qui fera face à des barbares aux gestes meurtriers gratuits, pour quelques victuailles. Ils devront affronter des épreuves de plus en plus nombreuses : inondations, pluies torrentielles, peur, folie, ours, loups, clans ennemis et perte d’êtres chers

Des heures agréables de lecture dans le sillage de personnages attachants. Un roman d’aventures passionnant, plein de rebondissements, avec des descriptions de paysages à couper le souffle.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 14 janvier 2003 à 14 h 21