Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LE BONHEUR DANS CETTE VIE

Pape François

LE BONHEUR DANS CETTE VIE

Trad. de l’italien par Élise Gruau
Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2020
256 pages
27,95 $

Quand, d’aventure, on entend un prêtre ou un agent de pastorale affirmer que la parole de l’Évangile est révolutionnaire, la tentation est forte chez beaucoup de rire dans sa barbe : rien à notre époque ne paraît plus traditionaliste et réactionnaire que l’Église.

Pourtant, prenons le titre tout simple de ce recueil de textes du pape François : « Le bonheur dans cette vie ». Où trouve-t-on le bonheur ici-bas ? La réponse de l’Évangile est en effet révolutionnaire, car elle est en porte-à-faux des voies préconisées dans notre monde, qui tournent essentiellement autour du pouvoir personnel (par l’argent, la possession, la séduction et l’affranchissement). Or la voie évangélique du bonheur, nous rappelle François, est exprimée par les Béatitudes (Mt 5) qui énoncent des principes parfaitement contre-intuitifs : « Heureux les affligés, les doux, les affamés de justice, les miséricordieux, les cœurs purs… ». On pourrait rejeter ces principes apparemment mièvres avec un léger mépris, mais d’un autre côté, quand on regarde l’explosion des problèmes de santé mentale et des prescriptions d’antidépresseurs, on pourrait aussi se dire que l’armée de psychologues et spécialistes de tous genres et les étagères entières de livres sur le bonheur qu’on trouve dans toute bonne librairie ne semblent pas non plus faire des miracles.

Dans cette optique, on aurait peut-être aimé un essai en bonne et due forme où le pape aurait opposé la vision matérialiste contemporaine du bonheur aux valeurs extraordinaires de l’Évangile pour nous montrer concrètement en quoi ces dernières pourraient constituer une réponse réelle dans le monde d’aujourd’hui. Le dessein de ce livre est plus modeste : il s’agit simplement de courts extraits, classés par sous-thèmes, de conférences prononcées à diverses occasions. Les sujets sont donc évoqués plus que développés.

Il s’agit surtout d’un livre de méditation que l’on pourra ouvrir à une page ou à une autre en quête d’inspiration. C’est véritablement de bonheur et d’accomplissement de soi qu’il y est question, à des lieues du misérabilisme et du fatalisme qu’on prête souvent à l’Église. Le pape nous engage à nous libérer d’une « vision uniquement horizontale de la vie », à prendre conscience que les voies du bonheur ne sont peut-être pas où l’on nous dit qu’elles sont et à prendre notre vie en main : « Aujourd’hui, nous passons devant tant de portes qui [promettent] un bonheur dont nous nous apercevons ensuite qu’il ne dure qu’un instant, qu’il s’épuise en lui-même et n’a pas d’avenir. Mais moi, je vous pose la question : Nous, par quelle porte voulons-nous entrer ? Et que voulons-nous faire entrer par la porte de notre vie ? »

Publié le 25 août 2020 à 15 h 02 | Mis à jour le 25 août 2020 à 15 h 02