Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’ÂME DU MINOTAURE

Numéro 123

Dominike Audet

L’ÂME DU MINOTAURE

Prix de création littéraires de la Ville de Québec et du Salon international du livre de Québec 2011

VLB, Montréal, 2010
880 pages
32,95 $

L'improbable greffe aura parfaitement réussi : la fiction déploie et approfondit la vérité historique. Katharina, qui côtoie les terribles pratiques du nazisme sans en percer le sens, entre dans la vie d'un des plus déterminants responsables de la « solution finale ». Entre elle et le puissant et très réel Reinhard Heydrich, la passion flambe aussitôt, mais Katharina demeure dans l'ignorance des mandats inhumains que sollicite et exécute son amant. Chargé de réprimer la résistance tchécoslovaque, Heydrich s'acquittera de sa mission avec rigueur et absence de scrupules. Il sera abattu le 27 mai 1942 par des parachutistes tchèques soutenus par la Grande-Bretagne. Là se tait le récit factuel et s'ouvre un autre pan de la fiction. Dominike Audet imagine, en effet, que Heydrich survit à l'attentat sans que le public en sache quoi que ce soit. Relogé discrètement en Suisse, il prépare à sa manière un après-guerre dont Hitler . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 24 juin 2011 à 10 h 38 | Mis à jour le 11 juin 2015 à 17 h 35