Accueil > Commentaires de lecture > Essai > L’ADULTÈRE AU FÉMININ ET SON ROMAN

Numéro 80

Annik Houel

L’ADULTÈRE AU FÉMININ ET SON ROMAN

Armand Colin, Paris, 1999
175 pages

La littérature française nous a donné bon nombre de romans dont la séduction et la passion de personnages féminins étaient le moteur du récit. Après avoir publié une étude sur l’univers des romans Harlequin, Annik Houel se penche cette fois sur neuf siècles de romans d’amour écrits par des romancières illustres comme Marie de France, Madame de La Fayette, George Sand, Colette, Simone de Beauvoir, Jeanne Bourin, en tentant de scruter un thème récurrent : celui de l’adultère féminin. Cette étude en psychanalyse est tout simplement passionnante. Le triangle amoureux constitué par le mari, l’amant et l’épouse adultère revient au rendez-vous, à l’ombre de modèles célèbres comme Madame Bovary.

Chaque chapitre reproduit puis étudie un extrait particulièrement révélateur d’un roman important : Guigemar (un lai datant du XIIe siècle), La princesse de Clèves (1678), Valentine (1832), L’ingénue libertine (1909), Les mandarins (1954), La chambre des dames (1979). La dernière partie approfondit les résultats obtenus en appliquant quelques concepts psychanalytiques aux trois principaux personnages fictifs, qui ont évolué sensiblement selon les plumes et au fil des siècles.

Annik Houel prouve ainsi qu’elle sait utiliser intelligemment l’apport freudien dans des études féministes. Cet excellent livre pourrait certainement servir de modèle de mémoire ou de thèse en études littéraires, par la finesse de son analyse et la clarté de son propos, sans parler du plaisir constant de sa lecture.

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 9 janvier 2015 à 18 h 00