Aller au contenu
Mode lecture zen

NUIT BLANCHE

Je n'ai pas lu les fameuses Bagatelles céliniennes, et j'ignore si je les lirai un jour. Autre chose à lire. Mais le bouquin d'André Derval m'a littéralement passionné, enthousiasmé, fait pas mal réfléchir, rire aussi, jaune ou noir. C'est qu'ils écrivaient bien tous ceux (et celle : une femme seulement parmi les quelque 60 critiques) qui prirent la défense, soit de l'auteur, soit de l'œuvre, ou qui les attaquèrent au cours de cette année 1938, quand paraissait le pamphlet et qu'approchait à grandes enjambées cette guerre que vous savez. On a là réuni un éventail captivant de tout ce qui pouvait s'écrire à droite et à gauche, l'extrême de chaque pôle. On pastiche Céline ou on le cite du bout des doigts, presque toujours les trois ou quatre mêmes extraits (tirés d'une brique qui faisait ses quatre cents pages !), on observe qu'il écrit trop . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Enregistrement