Jean-Christophe Rufin

LA SALAMANDRE

Gallimard, Paris, 2005
200 pages
27,95 $

Avec comme toile de fond le Brésil qu’il connaît bien, Jean-Christophe Rufin nous raconte la terrible histoire d’une jeune Française qui ne cherchait qu’une évasion temporaire de sa routine professionnelle, qui lui avait peut-être redonné le goût de vivre. Elle répond à l’invitation d’un couple ami et se rend au Brésil où l’attend la plus folle aventure. Elle s’éprend d’un beau Brésilien entreprenant et tente de se l’attacher ; mais c’est elle qui s’engouffre complètement dans cet imbroglio sentimental et devient la victime de cet amour à sens unique. En vue de s’établir avec cet amant dont elle ne sait rien, elle retourne en France et revient avec toute sa fortune. Il s’en suit toute une série de mésaventures où se côtoient sadisme et masochisme. Après avoir été soumise à tous les outrages et abus, elle s’en sort brûlée et démolie, jusqu’au jour où elle comprend, du fond de son désespoir, que dans cette aventure amoureuse qui a mal tourné, c’est elle-même qui a tout inventé, sans tenir compte de la réalité. Une habile sortie philosophique de ce jeu de dupes où l’héroïne a perdu à la fois sa fortune et son intégrité physique.

Le livre est écrit dans une langue riche et colorée qui évoque avec bonheur les multiples facettes de ce pays de tous les désirs et de toutes les déceptions.

Publié le 22 septembre 2005 à 0 h 55 | Mis à jour le 22 septembre 2005 à 0 h 55