Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES

Numéro 161

Delia Owens

LÀ OÙ CHANTENT LES ÉCREVISSES

Trad. de l’américain par Marc Amfreville
Seuil, Paris, 2020
477 pages
34,95 $

Phénomène d’édition, ce conte est autant une ode à la nature qu’un grinçant thriller. Le roman magnifie les marais littoraux de la Caroline du Nord, sinon les humains qui y habitaient en 1952, et entremêle la biologie et la poésie, de la libre solitude à la généreuse empathie.

En mai 2020, Là où chantent les écrevisses est présent sur la prestigieuse liste du New York Times Fiction Best Sellers pour la 85e semaine d’affilée. Dès sa sortie en 2018, le livre de Delia Owens fracassait les records de vente, devançant le tant attendu Devenir (Becoming) de Michelle Obama, pourtant grand succès de librairie cette année-là. Fait étonnant, cette autrice, une zoologiste et biologiste américaine de 70 ans, était inconnue du grand public et publiait un premier roman. Elle avait déjà écrit des ouvrages scientifiques sur les animaux, cosign . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 17 décembre 2020 à 10 h 47 | Mis à jour le 15 décembre 2020 à 12 h 25