Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA NUIT FAIT SEMBLANT DE MOURIR

Lyne Richard

LA NUIT FAIT SEMBLANT DE MOURIR

Le Loup de Gouttière, Québec, 2000
64 pages
9,95 $

La poésie québécoise foisonne, parcourt d’innombrables voies. Lyne Richard bâtit la sienne sur ce qui ne sera jamais plus : les significations se sont éteintes, la nostalgie nous marque pour de bon. Elle écrit : « l’âme achève de saisir ses cadavres et de les / enfouir dans le repos qu’ordonne la mémoire ». Tout le recueil est, d’ailleurs, sous l’emprise d’un passé qui ne résonne plus, de siècles sans échos. Même si les images poétiques nous sont familières – voire à la limite du cliché –, l’écriture est d’une certaine finesse et, parfois, certaines trouvailles nous sont offertes dont celle-ci : « des paysages disloqués recouvrent maintenant la disparition ». Dès lors, une auteure à lire, parmi tant d’autres…

Publié le 14 janvier 2003 à 14 h 21 | Mis à jour le 8 février 2015 à 17 h 12