Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA JOIE VERTIGINEUSE DES ANGES DÉCHUS
La joie vertigineuse des anges déchus

Fredric Gary Comeau

LA JOIE VERTIGINEUSE DES ANGES DÉCHUS

Écrits des Forges, Trois-Rivières, 2013
152 pages
16,00 $

L’amour est-il une quête impossible ? Ne sommes-nous que des « anges déchus » courant vers l’impossible ? Et pourtant, nous dit Fredric Gary Comeau, il faut savoir goûter la joie vertigineuse des anges déchus. D’un recueil à l’autre, Comeau traite inlassablement des deux mêmes thèmes, réussissant à les explorer de multiples façons : l’amour, toujours inassouvi, mais toujours passionné, et le voyage, longue suite de pays où il porte ce qu’il nomme son « errance » et qui viennent donner à ses poèmes différentes textures.

Le titre n’est pas sans évoquer cette phrase de Baudelaire : « [U]ne ivresse vertigineuse suivie d’un nouveau malaise », tirée de son essai Du vin et du haschisch (1851). Le poète demeure « à l’affût toujours / des appels à l’errance d’anges égarés », tout en étant déterminé à « [cracher] des chants d’anges déchus / jusqu’à ce que les cieux [lui] répondent ».

Les 144 po . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 7 avril 2014 à 13 h 33 | Mis à jour le 4 juin 2015 à 9 h 31