Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA FILLE DE JOSEPH

Louise Tremblay-D'Essiambre

LA FILLE DE JOSEPH

Guy Saint-Jean, Laval, 2006
298 pages
19,95 $

Audacieux dans son sujet, le bouquin ne parvient pas à convaincre. Le grand mérite de cette réédition d'un roman publié il y a plus de vingt ans est de révéler le chemin parcouru depuis lors par l'auteure. Louise Tremblay-D'Essiambre ne se permettrait plus les virages imprévus et injustifiés qui foisonnent dans cette première œuvre.

Joseph, mâle autoritaire, mari, père et employeur dominateur, rend la vie difficile à sa femme, à sa fille, à tout son entourage. Il passe pourtant sans transition à d'étranges moments de remords et d'introspection. Puis, il revient tout aussi brusquement à ses vilains réflexes. De son côté, la petite Julie, cruellement privée du soutien de sa mère, se jure de parvenir à un sommet d'où elle pourra, en plus de jouir de l'indépendance, faire sentir son pouvoir à autrui. Quand survient un viol, que le récit enregistre sans jamais en sonder le mystère, Julie en conclut que son cheminement doit . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 10 mars 2007 à 16 h 44 | Mis à jour le 3 juillet 2015 à 14 h 59