François Moreau

LA BOHÈME

Triptyque, Montréal, 2009
189 pages
19 $

Le parcours personnel de François Moreau, tel que décrit en quatrième de couverture, ressemble à celui du personnage central du livre, qui s'appelle d'ailleurs François.

L'auteur a le mérite de s'être bâti une vie trépidante, digne d'être racontée, susceptible d'intéresser, de faire rêver la moyenne des gens qui se trouvent plutôt dans un quotidien où le travail, la famille, l'accumulation de biens, de responsabilités, d'attaches, constituent un lot considérable qui suffit à meubler l'existence.

Faire partie de la bohème, la troupe de ceux, en général des artistes, qui marchent en dehors des sentiers, c'est faire un choix tout en ayant l'air de refuser d'en faire. C'est un concept abstrait, une affaire de jeunes, de fous, de pauvres, d'idéalistes, vu de l'œil de ceux qui n'en sont pas.

Telle que présentée par François Moreau, la bohème . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ?

Publié le 20 mars 2010 à 16 h 42 | Mis à jour le 17 juin 2015 à 15 h 57